Comme une belle peinture…

 

Vie en rose 21

*

Photo © Patricia Babin

*

Publicités

Les fontaines de Chronos de Jacques Muller (Poèmes)

 

7890_271308443009195_1346234464_n

 

Le temps s’écoule comme l’eau de la fontaine

qui nous restitue la jouvence des saisons.

Filles de Chronos et de la lune,

leurs parures versicolores émerveillent ;

elles seules sont comptables de nos âges,

qui entaillent l’écorce de nos mains.

et ravinent le visage des vénustés.

Il est urgent de bien vivre, clame l’horloge,

c’est-à-dire d’aimer dans les bras de la nature.

 

 

 

Mon avis :

 

Ouvrir le recueil de Jacques Muller « Les fontaines de Chronos » est la promesse d’une jolie promenade dans son jardin du temps. Des « Leçons de printemps », nos pas dans ceux de l’auteur le temps s’égrène lentement de saison en saison :

 

Primevère

 

Frémissante soyeuse en coiffe épiscopale

dans la prairie miraculeuse du redire,

dans le fabuleux prodige du reverdir ;

suffragette des temps très anciens où l’opale

des aubes fut promesse d’éblouissement,

en si fraîche, si vive, et si frêle voilure,

comme le mot étonnant de la bouche mûre,

proféré dans un souffle d’émerveillement.

 

Dans le péribole de l’arbre en majesté,

la nappe fleurie est mise pour le festin

de la joie retrouvée, au nid des clairs matins,

quand l’oiseau fol gribouille un air de liberté,

sur un rose azur dévidant son écheveau.

Primevère, ma messagère au pied hâtif,

au parfum singulier, de ton ardeur natif,

tu meurs, hélas, en célébrant le renouveau.

 

 

Fermer les yeux, effleurer de la main  « Coquelicots », « Pâquerettes », découvrir « mésange bleue », « Provignage » et continuer au fil des pages  le chemin de la vie…. Nous abordons maintenant la superbe partition « Midi, l’été, « Andante », « Largo », « Bestioles (c’est-à-dire petites bêtes), « Quatrains de lumière » et découvrir :

 

 

Ma stupeur éblouie

 

 

Déjà le tranchant des lames scintille

dans la mouvance tranquille des songes.

L’heure est encore océane, baignée

sous les paupières si lascives de l’aube,

cette prêtresse au mutisme abyssal,

improbable sylphide en robe estivale.

 

Aube bientôt dévêtue d’un soupir,

toute nudité frémissante à peine au lointain

d’une tiède langueur incarnadine…

 

Aube qui, tout à coup, dans l’irrésistible

élan de la fatalité, déchire le jour

du feu de sa lumière,

comme une mise au monde

de ma stupeur éblouie !

 

 

Passer l’Automne, « Eloge de l’amour et du Pot-au-feu », »Nostalgie », « Adagio », »Italique » et nous laisser déposer sur les rivages de l’hiver… « Comme quand la mer se retire…, « Neige », « Ombres », « Souvenir » et le chemin continue…

 

 

La repriseuse

 

Tant d’émoi en une perle rare,

tremblante d’amour et d’impuissance

au suspens de paupière si lasse…

L’ouvrage maillé de solitude

tient tes mains à l’urgence du vivre,

quand le coeur est en balbutiements.

 

Les chagrins reprisés du passé

font encore l’affaire des heures

tout à leur triomphe claironné

sur la détresse des jours pupilles,

depuis que la joie s’est dévidée,

que l’espérance s’est décousue.

 

Suffit ! le monde dépenaillé

te réclame et il n’aura que faire

de ta misère, de ta tristesse !

 

 

Il y a tant d’autres poèmes superbes , tant d’autres titres à découvrir… Ce recueil est un véritable petit joyau, d’une plume voyageuse et magnifique, on se laisse bercer par la musique des mots… J’en recommande fortement la lecture, un très beau voyage intérieur… 

A noter la très belle illustration de couverture réalisé par Jean-Marie Gasteuil, d’ailleurs comme l’auteur à la fin de l’ouvrage dans « Peintre et poète »,  je vous conseille une petite visite sur son site :

http://www.gasteuil-peintre.com/

Je tenais également à préciser que Jacques Muller à également  écrit deux autres recueils édités également aux Editions Baudelaire, « Industrieuses amours » et « Itinéraires poétiques ».

Je tiens à remercier Les éditions Baudelaire, pour la découverte de ce recueil de qualité, merci pour ce beau voyage au coeur des mots de Jacques Muller.

Pour en savoir plus sur les Editions Baudelaire :

http://www.editions-baudelaire.com/contact-form.php?fid=1&gclid=CjwKEAiAmOymBRD0_evS4aTh2hUSJAB7FkhyeOKIDCvTxqsEOuvdj5hYv0N99Tlp2i3UgIP3VB4aEhoCDyDw_wcB

 

 

63912586_11762109