Ric-Rac de Arnaud Le Guilcher

 

figuratives-5_mL’Homme qui Court – plâtre armé – 40 x 50 x 25 cm de Giovanni Carosi

http://www.giovannicarosi.com/dotclear/index.php?category/Biographie

 

 

*

 

 

S’appeler Jeanyf et courir.

Courir après ses quatorze ans.

Courir après son avenir.

Courir après le fantôme d’Yvette, sa mère .

Courir après Pierryf, son père, un doux dingue qui ne se remet pas

de la mort de sa femme.

Courir après les tisanes de Jackyf, son oncle herboriste et rebouteux .

Courir après les visions de Soubirou, son cousin illuminé.

Courir après les nouveaux voisins

du gîte rural sadomaso.

Cours, Jeanyf !

Cours !

 

Extrait :

 

Je me retourne et je hurle ! Ce que je vois me fige de terreur ! SOUBIROU, TU ES POURSUIVI PAR UNE BÊTE !!! En panique, je lâche un instant la corde, puis je la reprends. Mon père se met à gueuler à son tour tandis qu’au bout de son fil, il monte et il descend comme s’il était à califourchon sur un yoyo manipulé par Godzilla :

JEANYF, LA CORDE NOM D’UNE PIPE !!! MAIS QU’EST-CE QU’IL T’ARRRIF DONC ENCORE !!!

Puis il regarde en direction de Soubirou et il vocifère, terrorisé :

UN OURS !!! ATTENTION A L’OURS !!! LES ENFANTS, GRIMPEZ DANS UN ARBRE !!! UN OURS, JE VOUS DIS !!!! ATTENTION A L’OURS !!! AINSSSSII VAA LAA VIIIEEEEE !

Soubirou, lui, se met à rire, Il est super calme. Tout flegmatique. Limite english.

     –  Les gars, vous avez fumé le calumet de la paix ? Je venais juste vous présenter Pocahontas, ma fiancée. Relax… Peace…

     –  Où    ça une fiancée ?

     –  Ben là.

Il dit ça en désignant la bête du Gévaudan. Tout en aidant mon père à regagner la terre ferme, je considère l’animal plus en détail, les yeux froncés. C’est vrai, qu’en cherchant un peu et en faisant preuve d’imagination, je parviens à discerner la silhouette d’un être humain au milieu de cette forme bizarre. De là à s’aventurer à lui donner un sexe…

 

 

Mon avis :

 

Ric-Rac, hum… comment dire… C’est un petit ovni, une plongée dans un run-movie campagnard, où l’on hurle de rire à chaque page.

Jeanyf notre coureur de fond et footballeur de talent mais trop petit hélas , un gamin de 14 ans qui vit à La Sourle « un village situé en lisière du trou du cul du monde » , revient chez son père pour la durée des vacances scolaires.

Pierryf, son père, un homme gentil, mais avec quelques cases en moins tout de même depuis la mort de sa femme. Marionnettiste, il a entrepris de faire de la maison familiale, un véritable mausolée à la gloire d’Yvette, la mère de Jeanyf :

« Vu de loin, c’est le chaînon manquant entre un grizzli et Moustaki. Vu de près, comme il est pas bien grand et qu’il est plutôt rond, on dirait une pelote en mohair. J’ai rarement vu plus poilu que mon père. Quand il pleut, c’est terrible, il ressemble à un bobtail tombé dans une piscine. En rasant mon vieux une fois par an et en tricotant ses poils, je suis sûr qu’on pourrait faire une écharpe derrière laquelle se blottir, quand l’hiver se met en tête de nous gercer la couenne. »

 

Il retrouve aussi son oncle Jacques-Yves dit Jackyf « herboriste » , il faut vous dire qu’il y a beaucoup de « if » dans cet étrange roman, alors autant s’y habituer tout de suite… Bref Jackyf , à la chevelure épaisse, Jackyf qui n’utilise que des crayons à quatre couleurs :

« Tu vois ? Le vert, c’est pour consigner des événements agréables, et le rouge pour les décisions urgentes . Le bleu pour le tout-venant. Le noir pour les réflexions d’ordre plus philosophique »


 

Il y a également « Soubirou » le fils de Jackyf, qui à vu la vierge au fond de son bol de Chocapic quand il avait huit ans.

Et tout le petit monde de La Sourle, va devoir également compter avec de nouveaux habitants « au bout du vide » , qui contre toute attente, vont ouvrir un gîte rural d’un nouveau genre : Le Silo, un gîte « Sadomaso »

Voilà, une grosse pincée d’humour, une petite pincée d’émotion et de tendresse, vous mélangez le tout et vous obtenez un livre décalé, qui fait du bien au moral et savoureux à la lecture. Bienvenue dans le « monde farfelu » de Arnaud Le Guilcher.

 

 

9782221156940

 

Petit cadeau, vous pouvez suivre Arnaud Le Guilcher par ici :

https://www.facebook.com/pages/Arnaud-Le-Guilcher/101982883282

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s