Neige de Maxence Fermine

 

neige

 

A la fin du XIXème siècle, au Japon, le jeune Yuko s’adonne à l’art difficile du haïku. Afin de parfaire sa maîtrise, il décide de se rendre dans le sud du pays, auprès d’un maître avec lequel il se lie d’emblée, sans qu’on sache lequel des deux apporte le plus à l’autre.

Dans cette relation faite de respect, de silence et de signes, l’image obsédante d’une femme disparue dans les neiges réunira les deux hommes.

 

Dans une langue concise et blanche, Maxence Fermine cisèle une histoire où la beauté et l’amour ont la fulgurance du haïku. On y trouve aussi le portrait d’un Japon raffiné où, entre violence et douceur, la tradition s’affronte aux forces de la vie.

 

Extrait :

 

– Qu’est-ce que la poésie ? demanda le prêtre.

– C’est le mystère ineffable, répondit Yuko.

Un matin, le bruit du pot d’eau qui éclate dans la tête fait germer une goutte de poésie, réveille l’âme et lui confère sa beauté. C’est le moment de dire l’indicible. C’est le moment de voyager sans bouger. C’est le moment de devenir poète.

Ne rien enjoliver. Ne pas parler. Regarder et écrire. En peu de mots. Dix-sept syllabes. Un haïku.

Un matin, on se réveille. Il est temps de se retirer du mode pour mieux s’en étonner.

Un matin, on prend le temps de se regarder vivre.

 

Extrait 2 :

 

Soseki posa sa main sur l’épaule du jeune homme, comme il l’avait déjà fait un mois plus tôt.

– Pourquoi ? En vérité, le poète, le vrai poète, possède l’art du funambule. Ecrire c’est avancer mot à mot sur un fil de beauté, le fil d’un poème, d’une oeuvre, d’une histoire couchée sur un papier de soie.

Ecrire, c’est avancer pas à pas, page après page, sur le fil du chemin du livre.

 

Mon avis :

 

C’est doux, c’est beau, c’est magnifique…

Deux hommes, un qui possède l’art de la poésie et  la passion pour la neige mais ne possède pas la couleur pour être un maître…

L’autre est un maitre de la couleur, mais veut apprendre la neige.

Ils vont se rencontrer avec l’amour d’une femme en commun, Neige…

Petit livre à savourer page après page.

 

Pour accompagner ce partage de lecture, une vidéo absolument sublime pour toucher du bout du doigt l’âme du Japon :

 

Tamasaburo « Sagi Musume » 坂東玉三郎 「鷺娘」 – last section

 

Neige livre

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s